Les biotopes Les biotopes

En mer Méditerranée, on peut rencontrer 5 principaux biotopes :

  • L’herbier de posidonies
  • Les fonds rocheux
  • Les fonds à coralligène
  • Les fonds sableux
  • La pleine eau

 

Les organismes vivants se répartissent dans ces différents milieux en fonction de l'influence de facteurs écologiques tels que :

  • La lumière : elle diminue avec la profondeur et en fonction de la complexité du relief. Les algues et les plantes s'épanouissent dans les zones bien éclairées (espèces photophiles), alors que certains animaux fuient la lumière (espèces sciaphiles).
  • Les particules en suspension : ce sont des petits grains de minéraux et des fragments de matière organique qui constituent souvent la base de la chaîne alimentaire.
  • La température : elle a une influence d'autant plus grande que ses variations sont fortes (notamment près de la surface).
  • L'hydrodynamisme : ce facteur régit la forme et la taille des individus. Par exemple, les organismes fragiles et de grandes tailles prospèrent plutôt en mode calme.
  • La nature du fond : ce facteur a une importance sur la répartition des êtres vivants.

 

Le paysage sous-marin est composé du milieu physique, en quelque sorte « le décor » tandis que les animaux et végétaux en sont les acteurs. Les êtres vivants, durant leur cycle de croissance ou de part leurs relations, contribuent à façonner ce paysage.
Ces unités paysagères sont appelées des écosystèmes, en sachant que des relations complexes existent entre ces derniers.
On nomme ce tout : la biodiversité.

 

Depuis la surface jusqu’au plus profond de la Méditerranée, chaque espèce est adaptée à son milieu de vie.
La majorité des animaux et végétaux vit dans les 50 premiers mètres, où la lumière du soleil pénètre facilement.
C’est là, malheureusement, que se produisent de nombreuses agressions anthropiques, à tel point que certaines espèces sont menacées et bénéficient désormais de mesures de protection.

 1 - L’herbier de posidonies

La posidonie (Posidonia oceanica) est une plante à fleurs (phanérogame) endémique à la Méditerranée.
Ses feuilles, regroupées en faisceaux, et longues de 20 à 110 cm, sont attachées à des tiges rampantes ou dressées (les rhizomes).
La croissance de cette plante est très lente : de 1 à 6 cm par an.
Ayant besoin de lumière, on ne la trouve que jusqu'à 40 mètres de profondeur.
Pour se reproduire, la posidonie fait des fleurs et des fruits appelés "olives de mer".

 

Posidonie

Posidonie (JP.Morin)

 
Rhizome

Rhizome (S.Garnier)

La posidonie forme de vastes herbiers qui offrent aux organismes des abris divers, des frayères, de la nourriture, etc.
20% des espèces animales et végétales de Méditerranée sont observées dans les herbiers de posidonies.

Débris utiles…
Toute l'année, les posidonies perdent leurs vieilles feuilles brunies, mais c'est à partir de l'automne, que ce phénomène est le plus important.
Les débris des feuilles sont rejetés sur les plages où ils forment des banquettes. Ces dernières protègent les plages de sable de l'érosion.
On trouve également sur les plages des petites pelotes de fibres, dont les fragments s'agglomèrent entre eux, roulés par les courants.

 

Banquettes

Banquettes (E.Rivas)

  Pelotes

Pelotes (E.Rivas)

Attention fragile !
Les herbiers de posidonie sont très sensibles aux aménagements, à la pollution et au facteur de destruction que représente l'ancrage des bateaux.
Cette plante est classée espèce protégée depuis 1988, par une directive Européenne.

 

Ancrage dans posidonie

Ancrage dans posidonie (J.Payrot)

 

 2 - Les fonds rocheux

Ils constituent un paysage d’une grande richesse où il existe une très forte compétition pour l’espace. Deux faces s’opposent :

  • Une zone éclairée où les algues se développent préférentiellement.
  • Une zone ombragée où les animaux fixés dominent.

 

La padine (Padina pavonica) est une algue brune facilement identifiable, ses cornets blancs couvrent des surfaces importantes sur les roches exposées au soleil.

 

Padine

Padine (E.Rivas)

L'acétabulaire (Acetabularia acetabulum) est une algue dont la tige est constituée d'une unique cellule géante. Les ombrelles, qui se développent durant l'été, contiennent les organes sexuels. C'est une espèce endémique à la Méditerranée.

 

Acétabulaire

Acétabulaire (FFESSM)

Eponge Crambe crambe et Chondrosia reniformis
Malgré leur apparence, les éponges sont bien des animaux. Vieux de plusieurs millions d’années, ils ont su traverser les siècles grâce à un système de fonctionnement très simple. Les éponges aspirent l’eau de mer (et donc l’oxygène et le plancton) par des petits trous. Puis elles rejettent l’eau par de plus gros trous, qui eux sont visibles à l’œil nu.

 

Chondrosia reniformis

Eponge Crambe crambe et Chondrosia reniformis (E.Rivas)

L’anémone (Condylactis aurantiaca) possède des tentacules munis de cellules urticantes. Ces derniers servent à capturer la nourriture essentiellement constituée de plancton et de petits crustacés. Les anémones sont généralement plus colorées lorsqu’elles sont proches de la surface où la lumière favorise le développement d’une algue microscopique verte dans leurs tissus.

 

Anémone

Anémone (E.Rivas)

Les gorgones rouges (Paramuricea clavata) ont des éventails souples qui s’érigent perpendiculairement aux courants dominants. Chaque gorgone est une colonie d’individus (polypes) munis de cellules urticantes servant à capturer la nourriture constituée de plancton.

 

Gorgones rouges

Gorgones rouges (J.Payrot)

 3 - Le coralligène

Le coralligène est formé de bio concrétions d’algues calcaires rosées : les « corallines », sur lesquelles se fixent d’autres organismes.
Avec le temps, les fines croûtes calcaires s’étendent, se superposent, formant une sorte de millefeuille minéral, dont seule la couche superficielle est vivante.
La croissance de cet écosystème est très lente (moins de 1 mm d’épaisseur par an).
Certaines « patates » de coralligène ont donc plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires !


Le coralligène est l’écosystème majeur de Méditerranée au-delà de 30-40m de profondeur. C’est un milieu très diversifié, capable d’offrir dans un espace restreint des habitats pour de nombreuses espèces vivantes, ce qui le rend très attractif pour les activités de pêche et la plongée sous-marine. Le coralligène est donc très sensible aux activités humaines pouvant provoquer de nombreuses dégradations.

 

Le pagure (Dardanus arrosor) et l'apogon (Apogon imberbis) affectionnent les cavités du coralligène.

 

Pagure

Pagure (E.Rivas)

 Apogon

Apogon (E.Rivas)

 4 - Les fonds sableux

Les fonds sableux sont généralement jugés très pauvres. Pourtant, ce milieu d’apparence désertique héberge une multitude d’espèces qui y trouvent refuge. Ces fonds abritent peu d’organismes fixés, ces derniers devant s’ancrer profondément ou solidement sur ce milieu instable. En ce qui concerne les organismes libres, beaucoup ont développé des techniques de mimétisme.

 

Le bothus (Bothus podas podas), poisson plat fréquent mais très discret !

 

Bothus

Bothus (E.Rivas)

Ces fonds sont riches en matière organique en décomposition (reste de plantes et d’animaux), ce qui entraîne la présence de nombreux organismes détritivores spécialisés dans le nettoyage des fonds.

 

L'holothurie (Holothuria tubulosa) ingère le sédiment et digère la matière organique qu'il contient.

 

Holothurie

Holothurie (J.Payrot)

 5 - La pleine eau

Faute d’abri, les animaux vivant dans ce biotope ont adopté des techniques de camouflage et/ou de fuite pour assurer leur survie.

 

La méduse Rhizostoma pulmo atteint parfois 80 cm de diamètre. Les 8 tentacules buccaux forment des excroissances typiques en chou fleur. Cette espèce est peu urticante.

 

Le poisson lune (Mola mola), que l'on aperçoit parfois en surface peut dépasser 3m de longueur. Ses mœurs sont encore aujourd'hui très peu connues.

 

Méduse

Méduse (FFESSM)

 Poisson Lune

Poisson Lune (D.Jeant)

Les mammifères marins (dauphins, baleines et cachalots) ainsi que la tortue caouanne (Caretta caretta) vivent aussi en pleine eau. Ce sont toutes des espèces protégées.

Dernière modification le 14 Avril 2014
© Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez