Un littoral à préserver Un littoral à préserver

Le littoral est un espace fragile qui s'offre à nous et mérite curiosité et respect. Aussi, lors de toute activité sur le littoral, depuis la terre ou la mer, pensez à respecter quelques gestes simples pour le préserver :

 

Posidonie arrachée

Posidonie arrachée par une ancre (E.Rivas)

 

Macrodéchets

Macrodéchets (E.Rivas) 

 Nacre brisée

Grande nacre brisée (J.Payrot)

 

Pompe aspiration
Pompe aspiration des eaux usées (F.Thiebaut)

 Les écogestes

En plongée

  • Eviter tout contact avec le fond et les coups de palmes dévastateurs pour préserver les êtres vivants fixés,
  • Ne pas nourrir les animaux pour sauvegarder leur comportement naturel,
  • Ne pas retourner les pierres pour éviter la destruction localisée de micro-habitats,
  • Eviter les éclairages intensifs sur les animaux, et toute forme de dérangement,
  • Ne prélever aucun être vivant ou reste en guise de souvenir ou de trophée,
  • Dans les grottes et les surplombs, attention aux chapelets de bulles d’air sur la faune.

En randonnée

  • Ne prélever aucun être vivant, animal ou végétal,
  • Respecter les sentiers et itinéraires conseillés,
  • Remporter tous ses déchets et les jeter dans une poubelle,
  • Ne pas fumer ni faire de feu.

En bateau

  • Choisir sa zone de mouillage en fonction des fonds (préférer le sable),
  • Utiliser des produits d'entretien biodégradables,
  • Remporter tous ses déchets et les jeter dans une poubelle,
  • Utiliser les WC marins uniquement loin des côtes,
  • Vider tant que possible ses eaux usées dans des cuves prévues à cet effet.

Dans tous les cas, respecter la réglementation des zones et espèces protégées et jouer la carte de l'humilité !

 Les algues envahissantes


Observée pour la première fois en Méditerranée, en 1984, à Monaco (1m²), la Caulerpa taxifolia, algue tropicale vert fluo colonise depuis les fonds méditerranéens.
Cette algue s’adapte sur tous les types de fonds (roche, sable, herbiers de posidonie...) et se propage en partie grâce aux activités humaines : transport par les systèmes d’ancrage des bateaux et les engins de pêche.
Actuellement, plus de 13 000 hectares (près de 180 Km de côtes) sont concernés. 6 pays sont directement touchés dont Monaco, la France, l’Italie, l’Espagne, la Croatie et la Tunisie.
Les impacts écologiques sont multiples : déclin de la plupart des espèces et habitats, réduction des ressources alimentaires, compétition pour la lumière et l’espace avec la posidonie.
Sur le plan économique, les incidences sur la pêche artisanale côtière et la plongée sous-marine commencent à se faire sentir dans certains secteurs.

 

Caulerpa taxifolia

Caulerpa taxifolia (E.Rivas)

A cela s'ajoute la Caulerpa racemosa, nouvelle algue envahissante originaire du sud de l’Australie, observée pour la première fois en 1997 devant le Port de Marseille.
Cette "cousine", de par la diversité et l’efficacité de ses modes de reproduction, a entamé une expansion fulgurante de nos fonds marins.
Elle est présente dans 11 pays et dans 4 départements français : Alpes-Maritimes, Var, Bouches-du-Rhône, Corse du Sud et Haute-Corse. 

 

Caulerpa racemosa

Caulerpa racemosa (J.Payrot)

Pour lutter contre ces fléaux, l'Observatoire Marin a mis en place une stratégie de lutte qui se concentre sur des zones dites "patrimoniales".

 

Télécharger le rapport "Stratégie de contrôle des Caulerpes"

Dernière modification le 14 Avril 2014
© Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez