Etude de la valorisation des résidus des plages Etude de la valorisation des résidus des plages

Suite aux campagnes de nettoyages des plages, les communes du SIVOM du littoral des Maures, comme la plupart des stations balnéaires littorales, se voient confrontées au problème de la gestion des résidus du nettoyage des plages.

 

Valorisation des résidus

Valorisation des résidus

 Valorisation des résidus

Valorisation des résidus

 

Jusqu’au 1er juillet 2002, les communes se débarrassaient des produits prélevés en les envoyant en décharge, ce qui n’est plus possible dorénavant.

 

La première question qui se posait, était de connaître la composition de ce matériel hétérogène. Aussi, un travail de séparation des différentes fractions a été conduit afin de quantifier la part :

  • Anthropique,
  • Végétale,
  • Minérale.

 

Ce travail a permis de montrer que selon la période de nettoyage la composition des résidus était très variable. Mais dans tous les cas, la part d'éléments anthropiques dépasse rarement les 5%.

 

Le solde du produit collecté n'étant pas considéré des déchets, il est apparu évident que le tri de cet amalgame devenait indispensable afin :

  • De remettre la fraction minérale sur le sable.
  • D'évacuer la fraction anthropique.
  • Et de valoriser la fraction organique végétale.

 

A ce jour, la méthode préconisée par l’Observatoire Marin, en collaboration avec le service « nettoyage des plages » du SIVOM, ainsi que les services techniques des mairies adhérentes, permet de traiter de manière écologique les résidus issus du nettoyage des plages.

 

Valorisation des résidus

Valorisation des résidus

 Valorisation des résidus

Valorisation des résidus

Dernière modification le 14 Avril 2014
© Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez